Retour à Groningen

Avis des lecteurs - Presse

Avec son Retour à Groningen*, Sybille de Bollardière signe un récit d’une beauté crépusculaire — l’histoire de son (dernier) amour avec Sieds, elle et lui élégants sexagénaires, tous deux écrivains, tous deux forts en gueule comme tous les grands tendres, voyageurs désenchantés et contemplatifs gourmands. Ce retour est l’occasion pour Sybille de retrouver ses trois frères disparus, des éclats de son enfance, mais surtout de se retourner sur elle et de découvrir que le temps est court et qu’il est si important d’aimer. C’est donc cette trop brève passion d’amour (cinq ans) qui hante le livre, qui lui donne ses immenses beautés, ses chuchotements inoubliables. Il y avait longtemps que je n’avais été aussi empoigné par des mots, dans un décor pour moi en noir et blanc, comme les pages d’un livre. Page 38 (de mon Kindle), elle écrit cette chose bouleversante pour un écrivain : « Je sais que je me pardonnerai tout le malheur que je me suis infligé si seulement je pouvais en tirer quelques lignes ». Écrire le deuil c’est finalement se pardonner d’être en vie. Magnifique.

*Retour à Groningen, de Sybille de Bollardière. Éditions La Passagère. En librairie (et sur Kindle) depuis avril 2022.

https://www.gregoire-delacourt.com/retourner-cest-aussi-avancer/

Votre livre « Retour à Groningen » est bouleversant, d’une puissance émotionnelle exceptionnelle. Sa fluidité constante coupe le souffle, je reste un peu en apnée. Merci de tout coeur pour ce partage. (une lectrice)

L'écriture comme une dentelle de sincérité, de justesse. On est pris tout de suite par les gestes de vos pensées pour admirer l'œuvre de vos mots sur nos cœurs. Alors MERCI. France (une lectrice de la librairie)

On ne sort pas indemne de cette lecture qui témoigne si bien de la force de l'amour inconditionnel. Un livre immense. Bravo et merci. Annie (Une lectrice)

Quel bonheur à vous lire, d'ailleurs partagé par mon mari. Votre courage, la puissance de votre amour, votre manière de tisser les liens des épreuves de vos vies présentes et lointaines... Votre très belle écriture aussi. C'est de très loin le livre de vous que je préfère. Claudine

Je viens de terminer votre « Retour à Groningen », voyage éprouvant pour la narratrice, dans la matière vive et vivante. J’ai compris à cette lecture ce que vous disiez à la librairie de votre investissement personnel dans ce texte fort. C’est un beau livre tendu par une double quête. Celle qui parcourt pays et paysages essentiels ou devenus essentiels, et celle qui creuse l’être par une profonde et nécessaire introspection - où douleur et bonheur se mêlent inextricablement. L’écriture est évidemment le principe actif qui, par une sûre alchimie, transmute tout cela en littérature… Bravo pour ce livre très réussi et plus qu’émouvant. Catherine, (une lectrice)

Bonjour Sybille,

J'ai presque terminé votre livre. Je le trouve très émouvant. Au-delà de l'histoire très personnelle et intime, le récit est écrit avec beaucoup de pudeur, ce qui lui donne une dimension plus large. Cela se lit comme un roman captivant, et ponctué de beaucoup d'émotions. Frédérique ( libraire)


Ouest-FrancePublié le 17/05/2022 à 15h55

Retour à Groningen. Le titre sonne en notre intérieur comme familier, l’histoire pourrait être la nôtre ou peut-être pas, mais incontestablement elle nous reporte dans les douceurs des lectures prenantes, celles qui se mêlaient aux rêves de l’adolescence et que Sybille de Bollardière nous invite à régénérer au fil des mots, comme en témoigne cet extrait : « Qu’est-ce que je fais là ? Sous l’épaisseur des nuages, mon histoire se décolle de moi comme une vieille peau. J’ai soixante-quatre ans, des kilos en trop, mais je fais encore illusion alors on continue ! C’est ma dernière bataille, je le sens, je ne veux pas la perdre et tant pis si celui qui conduit joue avec mes nerfs. »

Retour sur l’histoire. « Lors d’un voyage au nord des Pays-Bas organisé par l’homme qu’elle vient de rencontrer, l’autrice retrouve les traces de son enfance. Les deux amants viennent d’univers différents et ne parlent même pas la même langue, pourtant, au fil de la route et de leurs passés respectifs, un lien unique va se nouer entre eux car ils ont beaucoup plus en commun que cette région où leurs enfances se sont croisées »,

Retour à Groningen est le récit d’un amour hors norme entre deux sexagénaires qui vont partager au cours d’une vie itinérante, écriture, peinture et drames familiaux. Dans cette autobiographie sans fard, elle lève le voile sur une part de son enfance et se révèle à elle-même, réconciliée, libre pour son écriture à venir.